Les journées de formation de l’ANPCME 2020 sont reportées à une date ultérieure

Les secteurs de psychiatrie à l’heure de la sortie du confinement

Une sortie progressive de la période de confinement liée au COVID-19 a été annoncée par le gouvernement pour le 11 mai 2020. Les grandes orientations de la stratégie nationale de mise en oeuvre ont été annoncées le 28 avril par le Premier Ministre.

Durant la période de confinement, la psychiatrie publique a été amenée à reconfigurer dans de brefs délais l’ensemble de son offre de soins (ambulatoires et hospitaliers) en assurant les meilleures conditions possibles de qualité et de sécurité des soins. Cette profonde réorganisation a su concilier les principes de continuité et de proximité des soins avec les contraintes relatives à la sécurité sanitaire sur la base des textes ARS et Ministère. Dans ce contexte, des rappels téléphoniques voire un suivi à distance ont été mis en place, en appui ou se substituant parfois aux soins présentiels.

Les conséquences psychiques du confinement font l’objet d’une très grande attention des professionnels de psychiatrie. Une vigilance toute particulière est ainsi apportée aux patients présentant une grande vulnérabilité psychique, somatique et sociale à la situation d’épidémie en leur proposant un soutien adapté. Le même souci s’est porté sur les patients dits « perdus de vue » en explorant toutes les modalités de contact leur permettant de reprendre un parcours de soins sécurisant.

La sortie du confinement conduit à une reprise progressive des activités présentielles dans le strict respect des mesures barrières. Les conditions de séjour en unités d’hospitalisation respectent les mesures de protection virale mais leurs restrictions sont allégées. Les capacités des unités COVID sont revues selon la situation locale (rebond épidémique et/ou reprise des hospitalisations en psychiatrie).

Lire la suite dans le document

Document